Vengeance en ligne, safe space et modération des plateformes

Une terrifiante affaire de vengeance en ligne questionne le droit à l’oubli

Un article du New York Times révèle les agissements d’une sexagénaire canadienne qui s’est spécialisée dans la diffamation en ligne de ses “ennemis” et de leurs familles. Une histoire hors norme qui illustre l’influence majeure des résultats Google dans nos vies quotidiennes, et la difficulté pour les modifier en cas d’abus.

Instagram est-il un safe space pour le militantisme?

Si le militantisme en ligne s’est développé sur Twitter, les blogs ou les forums, c’est sur Instagram qu’il vit actuellement sa plus belle vie. Le réseau social est devenu le haut lieu d’éducation politique des masses dans un climat qui semble – du moins en apparence – plus propice et moins toxique. Comment les fonctionnalités d’Instagram sont utilisées par les militant(e)s progressistes en ligne ? Instagram est-il un safe space pour ces activités ?

Modération des plateformes : Y’a-t-il un humain sur les réseaux ?

Ils sont journalistes, créateurs de mèmes ou illustrateurs et ont eu des déboires sur les réseaux sociaux. Face à eux, un mur de silence. Récit d’utilisateurs, laissés pour compte d’un service client inexistant.


Vous avez reçu cet email de la part d’un ami ? Bienvenue !

Abonnez-vous à CTRLZ pour tenter de décrypter avec nous le monde post-internet et toutes ses transformations, en surface, comme en profondeur :

Suivez CTRLZ sur TwitterInstagram et Facebook.